Daphni

ESG : I love you, neither do I

ESG : I love you, neither do I

by Damien Didier 

In the ever-evolving world of ESG, recent developments are shaping the landscape in ways that could help solidify its foundation and reduce the risk of greenwashing. Let’s delve into three intriguing and interconnected recent news that highlight the dynamic nature of ESG and its stakeholders: (i) Texas’ surprising surge in solar investments, (ii) new regulations from the European Securities and Markets Authority (ESMA), and (iii) the kind-off rebranding of ESG funds to attract investors from the US.

 

Texas: the new solar powerhouse

While Texas is often synonymous with fossil fuels, recent trends reveal a surprising shift towards solar energy. An article from The Dallas Morning News highlights that Texas added 6.5 gigawatts of solar capacity in 2022, outpacing even California. This surge makes Texas the new leader in solar power installation in the United States.

The irony is palpable – a state known for its oil and gas production is now a solar energy powerhouse. This transformation underscores the economic and environmental inevitability of clean energy. Indeed, building solar power farms is now a profitable and scalable solution, even in traditionally fossil-fuel-friendly territories. The economic benefits, job creation, and energy independence that come with solar investments are hard to ignore, even for the most ardent supporters of fossil fuels. Despite the good news, the state is not close to abandoning or reducing its fossil fuel production.

 

ESMA’s stricter rules on ESG fund names

The European Securities and Markets Authority (ESMA) has recently imposed stricter rules for funds wanting to carry ESG-related words in their names. This move aims to bolster transparency and prevent greenwashing. Many investors, particularly in the retail sector, lack the expertise to analyze these funds deeply and often rely on names and superficial claims, which some actors exploit.

Funds must now meet higher standards to justify their ESG-related names, potentially leading to the sale of up to $40 billion worth of stocks, mostly from US companies. Otherwise, they will have to rebrand. This tightening of regulations is a welcome step towards clarity in the ESG space. By enforcing stricter guidelines, ESMA is helping to ensure that investments truly align with the ESG processes they profess to follow.

Funds will need time to adjust, leading initially to an outflow of ESG-related investments as they rebrand or invest in internal processes to meet the higher ESG thresholds. In the long run, this will likely increase investor confidence, improve ESG practices, and attract more genuine sustainable investments.

 

ESG rebranding in Texas (and US): a tactical maneuver not related to ESMA new rule

In another recent ESG development, Texas and the broader US have been vocal about ESG bashing, with the tate requiring funds to remove their ESG claims if they wish to be sold to state funds or pension funds. This move is part of Texas’ broader pushback against what it perceives as an overemphasis on ESG criteria that might conflict with the state’s economic interests and perceived fiduciary duty as an investor. However, as noted earlier, this has not stopped the state from investing in greener and clean energy.

Despite this pushback, some asset managers have adopted a pragmatic approach. They continue to push for responsible investments internally but do not market them as such in the US, especially in Texas. Instead, when they market their funds they focus solely on economic performance and innovation. This rebranding strategy allows for a pragmatic approach to ESG investing. By stripping away the potentially contentious label, funds can still pursue sustainable and responsible investment strategies without running afoul of political or economic objections. It’s a clever workaround that highlights the flexibility and adaptability of the ESG movement and does not mean that you have abandoned your DNA. 

Essentially, it demonstrates that the principles of ESG can still thrive even if the terminology is adjusted to suit local sensibilities, as long as you don’t lose your ESG DNA along the way. A case in point is the investment in solar panels in Texas, which shows that green assets can be supported even in a fossil fuel-friendly environment that doesn’t want to do anything with ESG. Additionally, this would mean that the new ESMA rules might not deter funds that do have ESG processes and that want to attract US investors.  

 

The ethical dilemma: fossil fuel money in ESG

This brings us to a crucial ethical question: Is it acceptable to accept fossil fuel money for ESG investments? Opinions are divided. On one hand, accepting such investments could be seen as a pragmatic way to accelerate the transition to sustainable energy, given the tremendous investments needed. The influx of capital from traditional energy sectors can be redirected towards renewable projects, potentially speeding up the adoption of clean energy technologies.

On the other hand, some argue that this compromises the integrity of ESG principles. Taking money from industries that significantly contribute to environmental degradation and climate change might seem counterproductive or hypocritical. It raises concerns about the genuine commitment to sustainability and the potential for continued influence of fossil fuel interests in shaping energy policies and investment priorities.

🇫🇷 French version

 

ESG : je t’aime, moi non plus !

Dans le monde en constante évolution de l’ESG, des développements récents façonnent son paysage et contribuent à renforcer sa fondation et à réduire le risque de greenwashing. Penchons-nous sur trois nouvelles récentes, intrigantes et interconnectées, qui mettent en lumière la nature dynamique de l’ESG et de ses parties prenantes : (i) la surprenante montée en puissance du Texas en matière d’investissements solaires, (ii) les nouvelles règles de l’Autorité Européenne des Marchés Financiers (ESMA) sur le nom des fonds ESG, et (iii) l’adaptation du marketing des fonds ESG pour séduire les investisseurs américains.

 

Texas : la nouvelle puissance solaire

Alors que le Texas est souvent synonyme d’énergies fossiles, les rapports récents révèlent une évolution surprenante vers l’énergie solaire. Un article du Dallas Morning News souligne que le Texas a ajouté 6,5 gigawatts de capacité solaire en 2022, dépassant même la Californie. Cette augmentation fait du Texas le nouveau leader de la production d’énergie solaire aux États-Unis.

L’ironie du sort est frappante : un État réputé pour sa production de pétrole et de gaz est désormais devenu une puissance dans le domaine de l’énergie solaire. Cette transformation souligne le caractère inévitable des énergies propres sur les plans économique et environnemental. En effet, la construction de fermes solaires est désormais une solution rentable qui passe à l’échelle, même dans les territoires traditionnellement favorables aux énergies fossiles. Les avantages économiques, la création d’emplois et l’indépendance énergétique qui découlent des investissements solaires sont difficiles à ignorer, même pour les plus ardents défenseurs des combustibles fossiles. Malgré cette bonne nouvelle, l’État n’est pas près d’abandonner ou de réduire sa production en hydrocarbures fossiles.

 

Règles plus strictes de l’ESMA sur les noms de fonds ESG

L’Autorité Européenne des Marchés Financiers (ESMA) a récemment instauré des règles plus strictes pour les fonds souhaitant utiliser des termes liés à l’ESG dans leur appellation. Cette mesure vise à renforcer la transparence et à prévenir le greenwashing. De nombreux investisseurs particuliers n’ont pas l’expertise nécessaire pour analyser ces fonds en profondeur et se fient souvent à des noms et à des affirmations de surface, ce que certains acteurs financiers n’hésitent pas à exploiter.

Ces nouvelles règles plus strictes pourraient entraîner la vente d’actions d’une valeur de 40 milliards de dollars, principalement provenant d’entreprises américaines, afin de justifier l’ajout de termes ESG dans le nom du fonds, sous peine de devoir les modifier. Ce renforcement de la réglementation est une étape bienvenue vers une plus grande transparence dans le domaine de l’ESG. En appliquant des lignes directrices plus rigoureuses, l’ESMA contribue à garantir que les investissements s’alignent véritablement sur les critères ESG qu’ils prétendent suivre.

Les fonds auront besoin de temps pour s’adapter, ce qui entraînera initialement une réduction des investissements globaux liés à l’ESG. Cette diminution sera due aux fonds qui changeront de nom et sortiront du périmètre retenu. À long terme, cela renforcera probablement la confiance des investisseurs, améliorera les pratiques ESG et attirera davantage d’investissements véritablement durables.

 

Rebranding de l’ESG au Texas (et aux Etats-Unis) : une manœuvre tactique indépendante de l’ESMA

Dans un autre développement récent concernant l’ESG, le Texas et les États-Unis en général ont exprimé des critiques virulentes à son égard. Le Texas, en particulier, exige que les fonds retirent leurs revendications ESG s’ils souhaitent être éligibles à la vente aux fonds fédéraux ou aux fonds de pension. Cette mesure s’inscrit dans le cadre plus large de la réaction du Texas contre ce qu’il perçoit comme une trop grande importance accordée aux critères ESG, qui pourrait entrer en conflit avec les intérêts économiques de l’État et le devoir fiduciaire des investisseurs. Toutefois, comme indiqué précédemment, cela n’a pas empêché l’État d’investir dans des énergies plus vertes et propres.

Malgré cette réaction, certains gestionnaires d’actifs ont adopté une approche pragmatique. Ils continuent de promouvoir une approche responsable en interne, mais ne les commercialisent pas en tant que tels aux États-Unis, en particulier au Texas. Au lieu de cela, lorsqu’ils commercialisent leurs fonds, ils concentrent le discours externe uniquement sur la performance économique et l’innovation. Cette stratégie de rebranding permet une approche pragmatique de l’investissement ESG. En supprimant l’étiquette potentiellement litigieuse, les fonds peuvent toujours poursuivre des stratégies d’investissement durables et responsables sans se heurter à des objections politiques ou économiques. C’est une stratégie astucieuse qui met en évidence la flexibilité et l’adaptabilité de l’ESG. Cela ne signifie pas que vous avez renoncé à votre ADN ESG, mais simplement que vous ne communiquez plus à ce sujet.

Essentiellement, cela démontre que les principes de l’ESG peuvent toujours prospérer, même si la terminologie est adaptée aux sensibilités locales, tant que vous ne perdez pas de vue votre mission initiale. L’investissement dans des panneaux solaires au Texas en est un exemple probant : il montre que les actifs verts peuvent être soutenus même dans un environnement favorable aux combustibles fossiles et réticent à l’ESG. De plus, cela signifie que les nouvelles règles de l’ESMA n’auront pas d’impact sur les fonds ayant des processus ESG solides et souhaitant attirer les investisseurs américains, car leur nom n’inclura de toute façon pas de termes ESG.

 

Le dilemme éthique : l’argent des énergies fossiles dans l’ESG

Cela soulève une question éthique cruciale : est-il moralement acceptable d’accepter l’argent des combustibles fossiles pour des investissements ESG ? Les avis sont partagés. D’une part, accepter ces flux financiers pourrait être perçu comme un moyen pragmatique d’accélérer la transition environnementale, compte tenu des investissements considérables nécessaires. L’afflux de capitaux provenant des énergéticiens fossiles peut être réorienté vers des projets renouvelables, ce qui pourrait accélérer l’adoption de technologies énergétiques propres. 

D’autre part, certains soutiennent que cela compromet l’intégrité des principes ESG. Prendre de l’argent provenant d’industries qui contribuent de manière significative à la dégradation de l’environnement et au changement climatique peut sembler contre-productif ou hypocrite. Cela soulève des préoccupations quant à l’engagement réel en faveur de la durabilité et au potentiel d’influence continue des intérêts des combustibles fossiles dans la définition des politiques énergétiques et des priorités d’investissement.

Share This Post

More To Explore

About us

daphni releases an EP ?! 

daphni releases an EP ?! 📀 Folks, we hope you’re ready to make some noiiiise ! 🪩🕺 Yes, you read that right: daphni goes into

Non classé

In the Jungle of ESG Initiatives: Navigating as a VC

ESG (Environmental, Social, and Governance) is an unavoidable topic in the VC world, and that’s excellent news! Integrating these criteria helps improve market practices and